Liebster award !

Bien bien bien , j’ai de nouveau été taggué cette fois ci par http://lalouleblog.blogspot.fr/

Je vais donc tacher de m’y atteler ces prochains jours en plus du boulot ! Pas gagner !

Merci pour ton intérêt Lalou !

Publicités

J’ai testé pour vous : être promeneur bénévole pour un refuge canin

Je découvre un appel à l’aide du refuge près de chez moi. Ils recherchent des bénévoles pour promener deux chiennes actuellement en box de pension.

Je suis à mon compte, le refuge n’est pas loin, je suis véhiculée ; je devrais bien trouver un petit créneau de temps en temps pour promener de pauvres toutous abandonnés !

Je prends contact avec la directrice de l’association. Les louloutes s’appellent Dolly et Praline. Dolly vivait en famille d’accueil, avec d’autres chiens, une présence, de l’espace. Aujourd’hui en box, elle déprime. Praline a démarré sa vie attachée au fond d’un terrain, oubliée et mal aimée. Les caresses, les gamelles pleines, la chaleur d’un foyer, elle ne connaît pas. Cette vie résume à elle seule la noirceur de celui qui l’avait réduite à l’état d’objet encombrant…

Je décide d’y faire un saut dès le lendemain. Je m’y rends avec ma fille d’un an. Pas le choix. Sur place, je fais la connaissance des deux demoiselles.

Praline Jai testé pour vous : être promeneur bénévole pour un refuge canin

C’est Praline que la gérante de la pension me confie en premier. Le chemin est boueux et difficile, impossible de prendre la poussette, j’opte pour l’écharpe de portage. Je sens que je vais rentrer rincée de cette promenade ! Peu importe. Praline s’élance. L’exercice n’est pas facile. Elle ne connaît pas les ordres de bases, et peu la laisse. Droite, gauche, devant, derrière, elle va là où son flair la mène. Indifférente à ma voix, indifférente à mes caresses.

Du moins au début… Peu à peu, tandis que sa marche reste chaotique; elle commence à me prêter attention. Elle se retourne. Me jette des regards. S’arrête. Me fixe. Repars. Se retourne de nouveau. Je comprends qu’elle vérifie que je suis bien là. Je quitte le chemin de terre pour me poser un peu dans une clairière. Praline a eu une réaction inattendue. Elle s’arrête au bout de sa longe. Me regarde avec intensité. Puis reviens vers moi en couinant, blottit sa tête contre moi et savoure enfin mes papouilles !

Peu habituée au contact, Praline la fière semble tout d’abord indifférente à l’humain. Mais son regard ne trompe pas. Elle attend, elle observe, elle apprend. Elle a tout à découvrir d’une vie de famille, et son regard ne réclame que ça.

Dolly Jai testé pour vous : être promeneur bénévole pour un refuge canin

Dolly est beaucoup plus démonstrative. Elle accueille ses visiteurs avec bruits et agitation. Elle sait ce qu’elle veut et toute caresse et bonne à prendre. La balade est une grande joie pour elle ! Elle connaît quelques ordres de base et la laisse, la promenade s’annonce déjà plus aisée. Bien que fofolle les premiers instants, elle se calme rapidement et ne tire plus. Elle est intriguée par ma fille dont le moindre babillement attise sa curiosité. L’intérêt qu’elle lui manifeste est très maternel ; elle couine et cherche à la lécher quand elle geint. Dolly réclame des caresses tout le long de la balade.

Je fais de nouveau une pause dans la clairière et m’assois sur une souche d’arbre. Elle flaire le périmètre quelques instants puis viens brusquement se coller contre mes jambes. Elle a soif de câlins ! La tête, le dos, les pattes, le ventre ! Tout est bon à gratouiller pour cette chienne aussi affectueuse qu’un chaton. Ses attentes sont claires : elle veut juste exister pour quelqu’un.

L’heure du retour sonne déjà ; je n’aime pas ça. Dolly et Praline sont raccompagnées dans leur box avec une petite friandise. Praline n’en veut pas. Elle a compris ; elle boude.

Je contourne la petite bâtisse. Leurs cages donnent sur la route au bord de laquelle est garée ma voiture. Elles me regardent partir. Praline couine. Dolly aboie. Toutes deux le museau collé aux barreaux.

Que leur apporteront ces promenades occasionnelles, au grand air, pleines de tendres silences et de caresses à foison ? Beaucoup je l’espère.

Et tellement peu en même temps…

Dolly et Praline ainsi que beaucoup d’autres attendent toujours une famille d’accueil ou de vrais adoptants ! Contact : Mme Dominique Marchioni, Association l’Homme et son chien, 02 37 82 97 70 / 06 77 31 50 90

(Vous pouvez retrouver cet article sur le site So Busy Girl ! )